Méditation pleine présence dans la tradition du bouddhisme zen sôtô

Le ZEN, revenir au calme profond et à l’harmonie par la pratique

Le zen, c’est pratique, concret. C’est à chaque instant que ça se passe… Nous nous appuyons sur notre corps, sur la façon de se tenir, droit, sans tension, que ce soit assis, debout, marchant ou couché (les 4 attitudes du corps).

Etre zen, c’est vivre pleinement et de façon juste, éthique et responsable chaque action de notre vie quotidienne.

Chaque instant est éveil, réalisation.

De cette façon de vivre, de grands maîtres zen disent que c’est « Heijo shin kore dô » (maître Nansen -“L’esprit de tous les jours est la Voie“) ou « Datsu raku shin jin » (maître Nyojô – “Corps-esprit déjà dépouillés“). 

Souvent on prend contact avec le centre zen de Rixensart parce qu’on souffre de troubles du sommeil, d’un burn-out, parce qu’on est stressé, parce qu’on a un épuisement professionnel, parce qu’on a vécu un divorce, une séparation difficile. Parfois, c’est parce qu’on est touché par une grave maladie. On recherche une façon de se soigner, de guérir, autrement que par les techniques médicales classiques.

Parfois, on arrive chez nous après avoir a suivi une formation en mindfulness, en pleine conscience, MBSR ou MBCT, ou des cours de yoga, de sophrologie ou de méditation transcendantale, ou on a téléchargé l’appli Petit Bambou et on cherche une forme de méditation guidée, un lieu pour pratiquer en groupe et avec régularité.

Certains, après avoir lu des livres bouddhistes ou vu des émissions à la télé, comme Sagesses Bouddhistes (sur France 2) viennent y chercher à étudier la philosophie bouddhique, sous forme de cours. 


La méditation zen, c’est Shikantaza : totalement dans l’action d’être assis, seulement assis.

Simplement assis dans la même posture que Shakyamuni Bouddha lorsqu’il connut l’éveil il y a 2600 ans, sans suivre aucune pensée, sans objet, c’est le cœur de la pratique dans notre école, le recueillement pur et nu.

le zen : est sage celui qui se sait fouIl ne s’agit pas de la méditation dans le sens de réflexion, telle qu’on la conçoit en Occident. Ce n’est pas une technique de bien-être, même si on est vraiment bien quand on est assis ainsi. Ce n’est pas du développement personnel, même si, par l’ancrage dans l’instant et dans la posture droite, on développe une forme de confiance en soi et dans la vie telle qu’elle est.
On abandonne tout, nos soucis quotidiens, les ruminations mentales. C’est l’absorption méditative, le recueillement pur dans la totale réalité. On ne fait qu’un avec la posture de zazen, celle du corps-esprit unifié. On plonge totalement dans l’instant, qui est pure présence, sans rien. On se “dépouille du vieil homme” et on s’ouvre totalement à la réalité d’ici et maintenant.

De tout temps en Inde, les ascètes pratiquaient la méditation, le yoga, mais ce qui caractérise zazen, c’est qu’il est directement relié à l’éveil du Bouddha. Il est l’expression, la réactualisation de cet éveil par la pratique.


Etre zen à chaque instant, dans le Brabant Wallon, en Belgique et en Europe

En plus des séances de zazen, nous organisons de nombreuses activités.
Nous approfondissons ainsi la pratique de zazen, des cérémonies, des repas traditionnels avec bols, du samu (nettoyage, épluchage, etc), de la couture et des enseignements.

Pour en savoir plus, consultez la page “Dans notre société d’aujourd’hui, nous faisons de nos repas notre pratique

Nous nous rendons à des retraites spirituelles et sessions d’été à Kanshoji.
En lien avec les centres zen (dojo) de LeuvenCharleroi-Jumet et Bruxelles–Les Pagodes, le centre zen du Brabant Wallon organise et participe régulièrement à des retraites d’une, deux ou trois journées en Belgique, dirigées par des maîtres zen ou moine/nonnes de Kanshoji.

Vous pouvez lire plus à ce sujet sur la conférence donnée par Taiun JP Faure et sur la page Ritualisation de la vie quotidienne du site www.kanshoji.org.


La méditation zen, c’est pour qui ?

Le zen est universel. Il s’adresse à tout adulte ou jeune désireux :

  • de trouver une réponse aux problèmes existentiels de la vie (séparations, deuils, conflits, maladie, vieillesse, mort)
  • d’apprendre à lâcher-prise à ses difficultés, ses peurs, ses colères, sa tristesse, ses doutes, son stress, en suivant une approche pratique et concrète, qui relie le corps et l’esprit dans un tout
  • de pratiquer dans un cadre reconnu, soutenu par (et soutenant) les autres

“Qu’est ce que le zen”, brochure réalisée par l’Association Zen Internationale (AZI)

Fermer le menu